Influences, Inspirations, Artistes de Référence, Mentors et Réflexions

Quelles sont mes influences, les artistes incontournables, mes inspirations ?

Je voue un culte aux peintres de l'art brut tels que Basquiat et Dubuffet mais aussi à Gustave Moreau pour le traitement des mythes et des légendes. J'aime me créer mes propres histoires en m'inspirant des mythologies du monde : grecque, romaine, scandinave, antillaise.

Basquiat pour le foisonnement, Dubuffet pour le graphisme et Moreau pour l'univers mystique, onirique et magique. Je n'aime pas que ces maîtres là. Je fonctionne par coups de coeur. J'admire Odilon Redon pour son fantastique, Kandinsky pour son renouvellement tout au long de sa carrière et Picasso pour sa créativité. La folie de Dali qui pousse le peintre dans ses derniers retranchements me touche également.

Chez les contemporains, Basquiat comme je l'ai dit, les Nanas de Niki de Saint-Phale, les araignées de Bourgeois et les sculptures réalistes de Mueck nourrissent mon imaginaire. les sculptures de Carpeaux ou de Rodin rendent les veines de la pierre aussi sensible que les veines des Hommes.

Quand je regarde les oeuvres de tous ces artistes, je m'invente un cheminement qui m'est propre. Je voyage, je me projette, je navigue dans la toile comme sur un océan de plaisir et de sensations. Les sculptures provoquent aussi des émotions comme un poème de Rimbaud ou de Lamartine. Que l'oeuvre soit estampe, sculpture, gravure, peinture, installation, minérale, végétale, animale, si elle éveille en moi un intérêt, je me laisse emporter et je laisse libre cours à mes pensées, mes sentiments et mes désirs insoupçonnés.

Je ne me cantonne pas à un style en particulier. J'aime l'art sous toutes ses formes et l'art premier également. Les musées sont un terrain de jeu, de chasse et de plaisir incontesté.

Le Musée du Quai Branly m'a fait découvrir les masques, les poupées, les armes, les bijoux de tribus reculées ou disparues. L'art tribal, l'art du tatouage, l'art des premiers humains sont pour moi le point de départ à ma recherche. Je fais en effet des recherches sur des motifs, des légendes, des peuples, des religions, des façons de penser et d'appréhender le monde qui diffèrent de mon propre mode de fonctionnement. Je m'approprie, je digère, j'inserre et je me sers de ce que je vois, entends, lis, ressens, expérimente. 

J'ai visité les musées de Venise et les églises, le Musée de Pergame à Berlin, le Musée d'Orsay, le Louvre, la Maison de Gustave Moreau, le Musée Pompidou, la Villette et sa Géode, le Musée d'Aquitaine, le CAPC de Bordeaux, Cap Sciences à Bordeaux, le Musée Dali de Figueras. J'en ai pris plein les yeux. Tableaux, peintures rupestres, sculptures de marbre ou d'os, métal tordu, toutes les formes d'art m'interpellent et nourrissent ma propre création.

L'art, c'est de la création mais aussi de la recréation, c'est de l'implication, du dévouement, de la mise à nu aussi. C'est se livrer corps et âme, avec sincérité, avec humilité et dans l'attente d'un retour, d'une critique constructive, d'un échange avec celui qui regarde. L'art c'est une aventure, un chemin que l'on trace avec des pigments, des mots, de l'argile, du plastique, de la pierre, de l'air. On y met ses tripes.

Je ne crée pas que des images, j'écris également. Ecrire est une nécessité pour moi, une bulle de bien-être, un besoin irrépressible.

Mes personnages naissent souvent de lectures de romans, de BD, de séances de jeu à des jeux vidéo, de visionnages de films fantastiques, de séries, de documentaires, de recherches sur internet, d'écoutes de chansons, de radios diverses et variées. Mes personnages se développent et ils peuvent prendre corps de deux manières : soit je les dessine et je les inserre ensuite dans un projet ou alors j'écris en premier et je réalise une illustration après.

L'image en 2D est ma base de travail, l'écriture en est une autre. Je lie souvent les deux mais lorsque j'écris, je me projette et des images mouvantes naissent dans mon esprit. J'imagine mes personnages dans un jeu vidéo, un film avec des acteurs de chair et d'os ou un film d'animation. De plus en plus, les livres deviennent des oeuvres cinématographiques, les jeux vidéo ou les BD également.

Je ne me cantonne pas à un style, à un médium ou à un support ce qui me permet de ne jamais me lasser. L'imaginaire est au centre de mon travail. Je ne borne jamais mon imagination et me comporte comme une éponge. Je m'imprègne de mon environnement et surtout, j'observe : les comportements humains, les animaux, les plantes, les arts d'autres artistes. Je me nourris aussi des rencontres que je fais : des auditeurs libres des Beaux Arts de Bordeaux, des enseignants, des AVS ou EVS, des élèves.

Je vois mon art plastique ou littéraire comme un exutoire, un moyen de positiver en toutes circonstances et une force. J'y puise mon bonheur et mon bien-être. Je cherche à inviter le spectateur ou le lecteur dans mon univers imaginatif, onirique et mystique.

Mon univers est hétéroclite, né du métissage et d'influences variées. Je cherche à le développer et à le faire croître pour emmener le plus de monde possible dans mon voyage créatif et récréatif.

Je vous invite à voyager à mes côtés.

Soyez curieux.

Florent 

 

 

 

 

 

 

Derniers Tweets

Cyclomonster

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×