Premier Livre Poèmes Animalins

baleine.jpg

 

J'ai écrit une série de poèmes sur les animaux et leurs interactions avec les hommes.

Il est édité par Publibook, un éditeur à compte d'auteur.

Vous le trouverez à l'adresse suivante : Poèmes Animalins.

A tous mes futurs lecteurs, bienvenue dans mon univers peuplé d'animaux attachants, drôles et souffrant de leur proximité avec l'Homme, qui aime détruire des espèces sans défense telles les baleines, les requins, les fauves etc.

Pour cet ouvrage, je me suis inspiré d'un devoir scolaire que j'avais réalisé au collège ou même avant sur des insectes. Ces cours poèmes ont toujours hanté mon esprit et j'ai décidé de développer ma pensée en contant les aventures plus ou moins réalistes de bêtes malmenées par l'Homme, privées de leur environnement, méprisées souvent alors que les étudier apprend à l'Homme la modestie face à la nature implacable qui le nourrit, l'accueille et doit être respectée. Nous ne sommes que des locataires et nous nous permettons de bafouer les règles élémentaires. Nous cherchons à dompter la nature, à la modeler selon notre bon vouloir et nous sommes dans l'erreur.

Quel intérêt peut-il y avoir à porter une peau de bête pour parader et montrer ainsi qu'on a de l'argent ? Les seuls peuples a usé de peaux devraient être les peuples du Grand Nord qui respecte la nature qui les reçoit chez elle.

Quelle nécessité primordiale peut-il y avoir à consommer de la poudre de corne de rhino, à manger une soupe d'ailerons de requin, à boire de la bile d'ours à collier, à se délecter d'une soupe de nids d'hirondelles ramassés par des hommes exploités, à grignoter de la viande de baleine ?

Qu'est-ce qui peut pousser une présentatrice de télévision à abattre un lion à la crinière flamboyante ou une gazelle ou un ours ou une autre bête majestueuse qu'elle ne va pas manger afin de prendre la pose avec et de se vanter sur les réseaux du monde ?

La souffrance animale me révolte au plus haut point. Je ne vois pas l'intérêt de tuer une bête pour sa peau, sa corne, ses défenses ou son sang. Je ne comprends pas comment des hommes peuvent mettre une baleine au supplice en tirant un harpon sur elle. Je ne conçois pas la maltraitance d'animaux d'élevage : ce n'est pas parce qu'on va manger une bête qu'il faut la faire souffrir inutilement en lui cassant une patte, en la jetant hors d'un camion, en l'entassant dans une stalle minuscule, en lui coupant le bec, en le castrant à vif ou en l'écorchant vivant.

Pourtant, je suis sensible à la souffrance des Hommes également. C'est pour cela que comme La Fontaine, mes animaux ont souvent tendance à emprunter aux Hommes certains de leurs traits. Mes animaux sont le reflet des imperfections, des qualités et des failles des Hommes.

Les bestiaires du Moyen-Age m'ont influencé également. J'ai d'ailleurs réalisé un bestiaire de créatures légendaires lors de ma première année aux Beaux Arts de Bordeaux.

Bon voyage parmi mon bestiaire.

Commentaires (3)

luceaflorent
  • 1. luceaflorent (site web) | 10/03/2014
Merci pour votre commentaire. Je suis ravi que mon univers vous plaise. Bonne continuation à vous aussi.
:-)
Alhambra
  • 2. Alhambra | 10/03/2014
C'est fantastique, vous avez un véritable talent, et des motivations, thèmes et idées, captivant !
Je vous souhaite une bonne continuation
:-)
flavia
  • 3. flavia | 29/04/2009
Trés beau livre de poèmes.
Bravo

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×