Naissance des Umbrella Dolls

Umbrella Dolls. Les Poupées Parapluie. Elles feront partie de l'expo 2015 des Auditeurs Libres des Beaux Arts de Bordeaux (ALBAB, http://www.albab-beaux-arts.com/) à la Chartreuse de Caudéran à Bordeaux.

Enigmatiques, bienveillantes, mystérieuses, elles ne laissent pas indifférents les spectateurs.

J'avais commencé par des sculptures en argile pour rendre hommage à Nikki de Saint-Phalle. C'étaient mes Mamas comme une évolution des Nanas de cette artiste.

J'ai décidé par la suite de créer des poupées de papier journal, de tissus divers, de peintures rehaussées de feutres ou de poscas et vernies pour rigidifier l'ensemble.

Légères, elles se déclinent en de multiples teintes suivant le matériau qui enveloppe la couche interne.

Elles sont un hommage à tous les peuples autochtones des cinq continents qui sculptaient des statuettes, créaient des fétiches, forgeaient des représentants de leurs Dieux. Tribales, ethniques, enracinées dans les traditions insulaires, primitives, elles sont pour moi un moyen de renouveller les oeuvres des temps anciens, de donner vie à ces totems de papier, à un mixage entre mes racines antillaises et mes influences métropolitaines.

Pourquoi "Parapluie" ? Elles protègent comme les parapluies protègent de l'averse. Elles gardent les demeures, elles accueillent les bonnes personnes, elles terrorisent les mauvaises.

Elles sont également les témoins d'un nouveau mode de création qui me tient à coeur. Je le baptise le Recycl'art.

Dans mes Umbrella Dolls, tout est recyclé. Les matières sont stockées et utilisées au fur et à mesure du processus de création.

Dans certains de mes tableaux, vous pouvez voir des collages : ce sont des pages de magazines qui auraient été voués à la poubelle. Une façon de donner une autre dimension aux journaux à scandales, à la presse, aux tissus déchirés, bons à mettre à la déchetterie.

Ce sont des poupées muettes mais qui ont des messages à véhiculer : toute matière peut devenir une oeuvre d'art. Nous apprenons des premiers artistes du monde qui ont souvent été dépossédés de leur culture et de leur identité.

A travers ces oeuvres, je veux militer pour les peuples bafoués, floués dont on admire les travaux plastiques, tout en les méprisant.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×